Nouvelles du 30 décembre

Dans la journée du 29 décembre, Rémy a continué sa lutte contre la composante nord du courant dans lequel il se trouve depuis quelques jours, conscient que le franchissement de la ligne d’arrivée ne lui est pas assuré. Même si il est très fatigué, il a la ferme intention de franchir cette ligne et pour cela de gagner vers le sud. Il est remonté vers le nord dans la journée, et a réussi à prendre un cap légèrement orienté vers le sud dans la nuit, très probablement aidé par des vents de nord est qui se sont récemment levés et que nous ressentons également à Cayenne. Ces vents se sont maintenus toute la journée et lui ont permis de suivre un cap entre 235 et 250° qui est suffisant pour atteindre la ligne d’arrivée. De plus, il progresse à une vitesse tout à fait honorable avec une cinquantaine de milles parcourus dans les 24 dernières heures.

Il évolue dans une mer formée, notamment depuis qu’il est entré sur le plateau continental. Il a franchi dans la matinée le cap symbolique des 100 milles restants. Dans l’après-midi (heure locale de Guyane, soit 4 heures de moins qu’en France), il a enfin atteint la zone où l’eau change de couleur et devient marron. Cette couleur est due aux alluvions transportées par les nombreux fleuves à fort débit qui se déversent sur la côte, et notamment l’Amazone. Ce changement de couleur est une très bonne nouvelle pour lui, elle signifie que la côte n’est plus très loin. Lire la suite

Nouvelles du 29 décembre

Après avoir eu l’espoir que Rémy avait bien traversé ces maudits courants traversiers ayant une composante nord non négligeable, nous avons bien dû nous rendre à l’évidence qu’il n’était pas totalement sorti de cette zone de courants.

En fin de journée et dans la nuit il a été emporté à vive allure au nord, les réglages du bateau ne lui permettant pas de contrer complètement l’influence des courants. Les vents d’est nord-est tant attendus cette nuit n’ont pas été aussi puissants que prévu. La fatigue accumulée conjuguée à la difficulté de ramer la nuit l’ont empêché de contrer efficacement ce courant à la force des bras.

Il s’approche de la ligne d’arrivée mais est sur une route un peu trop au nord par rapport aux courants pour être assuré de pouvoir la franchir. Nous avons mis en place un plan de récupération au cas où il franchirait la longitude de la ligne d’arrivée trop au nord. Un bateau est prêt à appareiller pour aller chercher Rémy et son bateau, comme cela avait été le cas pour Harry Culas. Lire la suite

Nouvelles du 28 décembre

Après une journée intense de rame et une nuit passée à régler le bateau, contrôler sa dérive et ramer quand c’était nécessaire, Rémy a réussi à s’extraire de la veine de forts courants orientés vers le nord.

Il est maintenant dans une zone où le courant est moins fort mais toujours orienté vers le nord. Les vents d’est nord-est modérés sur cette zone devraient l’aider à garder une route orientée ouest, mais ce sera au prix de gros efforts aux avirons, efforts qu’il devra d’ailleurs maintenir jusqu’à l’arrivée pour pouvoir franchir la ligne  qui se trouve entre Kourou et les îles du Salut.

Dans l’après-midi d’hier il a franchi le 49° méridien ainsi que la barre symbolique des 200 milles nautiques restants pour rallier l’arrivée. Lire la suite

Nouvelles du 24 décembre

Après de longs efforts, Rémy a réussi à sortir de la puissante veine de courant sans bénéficier du moindre coup de pousse du vent, absent depuis quelques jours à cause de la remontée de la ZIC.

Son combat l’a beaucoup fatigué, les derniers jours de course sont éprouvants. Pour lui, l’objectif est de gagner au sud pour anticiper la forte dérive vers le nord que va lui imposer le courant équatorial qu’il va maintenant rencontrer. Il est en effet aujourd’hui à la même latitude que la ligne d’arrivée, et sans gagner davantage vers le sud, il lui sera très difficile de contrer la dérive du courant pour passer la ligne d’arrivée. C’est d’ailleurs la mésaventure qu’a subi Harry Culas, navigant trop au large des côtes guyanaises. Un bateau affrété par l’organisation est aller le chercher et l’a ramené à la terre ferme.

Malheureusement pour Rémy, les conditions difficiles qu’il rencontre en ce moment ne favorisent pas une avancée vers le sud.

De plus, les communications avec lui sont toujours très difficiles, il est rare d’avoir une conversation qui dépasse les 20 secondes.

Rémy est en train de passer un Noël pas comme les autres. Espérons qu’il puisse gagner rapidement la terre ferme et mettre ainsi un terme à cette rocambolesque traversée.

Nouvelles du 22 décembre

Rémy est dans un passage très difficile ces jours-ci, espérons qu’il en sorte bientôt et que ce soit le dernier. Le manque de vent et de courant l’empêche de progresser. La mer, particulièrement difficile en ce moment, est difficile à ramer lundi après-midi, et parfois même dangereuse.

En soirée du 22 décembre, ses 2 téléphones satellites étaient hors d’usage, ce qui signifie que nous n’allions plus avoir plus de nouvelles jusqu’à nouvel ordre,  mais c’est surtout une inquiétude supplémentaire pour Rémy pour les derniers jours de course. Comment gérer une éventuelle urgence ? En toute fin de soirée, Rémy nous contacte et nous rassure. Nous pouvons lui rappeler d’actionner une balise 2 fois par jour qui indique aux dirigeants de la course qu’il est bien sur son bateau et en forme.

Il semblerait que tous ces problèmes soient dus à une nouvelle remontée de la ZIC. Rémy a rencontré une forte activité orageuse qui est très probablement responsable de ses problèmes de communication.

Rémy s’apprête à passer Noël sur son bateau, les mauvaises conditions qu’il rencontre actuellement retardent de quelques jours sont arrivée à Cayenne. Nous espérons le voir arriver ce week-end ou en début de semaine prochaine.

Nouvelles du 20 décembre

1962141_744748242283706_6437689974424742833_oUne fois de plus, la communication avec Rémy était malheureusement très mauvaise samedi lors de la vacation hebdomadaire au bar du palais. Nous avons pu l’avoir qu’une petite minute.

Rémy descend droit dans le sud sur les traces d’Antonio qu’on attend dimanche après midi. Comme d’habitude il est inquiet de ne pouvoir maintenir son cap et a peur de dériver à l’est dans la nuit. Il remercie tous ceux qui lui ont envoyé des messages tout au long de la traversée mais demande qu’on ne lui en envoie plus pour laisser son téléphone libre pour Mathieu son routeur, comme on l’avait fait en début de traversée. Encore un gros merci à vous de votre soutien.

La journée de samedi a été marquée par l’abandon forcé pour infection au pied d’Oliver Ducap, qui a été récupéré par un hélicoptère de la sécurité civile française. Il se trouve maintenant dans un hôpital à Cayenne où il est soigné. Plus d’informations sur sa récupération ici et . Lire la suite

Nouvelles du 14 décembre

Bien meilleure journée après une nuit plus réparatrice que d’habitude. Les conditions météo lui étant plus favorables il a beaucoup plus ramé, il est donc un peu plus fatigué ce soir.

Rémy espère que le vent l’aidera a franchir cet épouvantable contre courant et ne souhaite pas prendre l’option très nord que semble vouloir adopter Olivier Montiel, comme nous l’explique Mathieu.

Son moral est bon.

Nouvelles du 12 décembre

La matinée du 12 décembre fut difficile avec une mer croisée et compliquée à ramer. L’après-midi les conditions se sont légèrement améliorées et il était un peut-être un peu plus facile de ramer.

Par moments, la mer était si agitée que Rémy devait se mettre à l’abri à l’intérieur de son bateau, ce qui évidemment l’empêche de ramer.

Son humeur est très variable. Elle passe par de moments d’euphorie quand son bateau progresse rapidement vers les îles du Salut (arrivée de la course) à des phases de découragement quand les courants le retiennent.

D’après Mathieu il devrait atteindre la zone du courant traversier d’ici 4 jours. En ce qui concerne la date d’arrivée c’est encore le suspense. Lire la suite

Nouvelles du 11 décembre

Rémy rameLa mer a été très agitée aujourd’hui. Rémy dit n’avoir jamais été autant secoué depuis son départ. Celle-ci étant croisée elle était difficile a ramer. Il était donc fatigué ce soir mais satisfait de son avancement.

Il commence à se plaindre de la longueur de la traversée. De plus, Mathieu parle d’une arrivée plus tardive que prévu, c’est-à-dire pas avant le 20 décembre pour les premiers skippers, et donc quelques bonnes journées de plus pour lui.

En dehors de cela, le moral reste bon et il maintient une vitesse moyenne assez élevée. C’est d’ailleurs lui, depuis quelques jours, parcourt le plus de distance en 24 heures.

Nouvelles du 10 décembre

Bonne journée pour Rémy. En effet il a pu profiter de vents et de courants favorables, ce qui lui a permis de battre des records de distances parcourues en 24 heures (records personnels bien sûr). C’est d’ailleurs lui qui a parcouru le plus de distance sur les dernières 24 heures (un peu plus de 48 milles nautiques). Au pointage de 13 heures il évoluait à 3,2 nœuds, ce qui est extrêmement rare ! Rémy en était tout grisé.

En soirée, il était un peu fatigué car il a profité pleinement de ces bonnes conditions de mer pour ramer le plus possible, mais très satisfait de sa progression.

Les difficultés des premiers l’inquiètent un peu mais il lui reste encore une dizaine de jours avant d’atteindre cette zone et espérons que les conditions soient alors plus favorables.
Le bout de sa dérive semble lui poser quelques problèmes car il est prêt à se sectionner. Il a dû faire une réparation de fortune cet après-midi. Espérons que ça tienne jusqu’à Cayenne.

Ce soir magnifique couché de soleil. Rémy à joué aux photographes. Moral au top ce soir, ce qui n’est pas sans déplaire à tous ceux qui suivent son aventure.