J72 – Une sage décision

Analyse de Mathieu Morverand, routeur de Rémy et d’Olivier Montiel.

Toute la nuit dernière, malgré la fatigue et les paupières lourdes, les yeux sont restés rivés sur les écrans pour guetter la descente de l’anticyclone sur la zone de nos marins. A l’aurore, on notait bien un léger changement mais loin de s’accorder avec les prévisions météorologiques. Ce phénomène de décalage entre les modèles proposés et la réalité en mer semble être une coutume de cette zone de convergence intertropicale particulièrement tourmentée quelques soient les couches barométriques. En de telles circonstances, l’optimisme des conseils à terre n’est plus d’aucun secours pour les rameurs. Ils n’y croient plus et ont sans doute raison. Le calvaire qu’ils endurent depuis si longtemps valide toutes leurs convictions, même traversées par les pires idées noires. C’est dans ce contexte qu’Olivier Montiel, étonnement réaliste et serein après une semaine de reculade à contre sens de l’objectif, a pris la décision d’accepter la remorque du voilier d’assistance le « Béru » . Son skipper Vianney, marin d’expérience, a désormais deux bateaux en remorque dans son sillage, Patrice Charlet (alias Mac Coy) et Olivier. Pour nos deux rameurs breton et ardéchois, ce coup de main pour s’extirper de cette zone infernale de contre- courants défavorables constitue une opportinité exceptionnelle de pouvoir sauver leur bateau. Dans le cas d’un sauvetage, seules les personnes, pas les biens, auraient été rappatriés à terre. Dans l’esprit d’un marin ayant consacré entre deux et trois ans de sa vie à concrétiser un projet et vécu plus de 71 jours dans une barcasse trempée de la proue à la poupe, c’est forcément à contre cœur que l’on abandonne une telle aventure. Mais c’est aussi une sage décision. Même si les sources météo semblent toutes s’accorder à confirmer la descente anticyclone et l’imminence de vents de Nord-Est à près de 20 nœuds, la situation n’a que trop duré et la frontière entre expérience initiatique et calvaire quotidien est désormais largement franchie. Par ailleurs, l’aide du voilier le « Béru » n’est qu’éphémère et ne vise qu’à extraire nos deux marins de ces maudits courants pour les placer dans la veine du flux sud-équatorial. Aux alentours du 4ème parallèle, la remorque sera larguée et nos deux marins devront reprendre leur navigation aux avirons vers la Guyane portés par ce flux tant convoité, le seul légitime en ces lieux à cette période.

Positions, vents et courants au 29 décembre

Positions, vents et courants au 29 décembre

Malgré leurs disqualifications, l’aventure risque encore d’être longue et agitée. Pour Philippe Malapert, l’aventure touche à sa fin. A 18 h TU, une dizaine de milles seulement le séparait encore de la ligne d’arrivée des îles des Salut. En fin tacticien qu’il est, il aura géré magnifiquement son arrivée, profitant au dernier moment de la renverse des marées pour viser la ligne juste sous l’île St Joseph du Salut. Les prochains qui pourraient se présenter devant Kourou sont l’aptésien Rémy Landier par le Nord et le breton Didier Torre par le Sud. Pour eux aussi, l’approche de la ligne s’avère très délicate, là encore, les vents de Nord-Est annoncés sont vivement attendus. Si l’intensité des vents se confirme en flux d’Est-Nord-Est, aux alentours de 20 nœuds, voire 30 nœuds sur les basses couches (850 hPa), il se pourrait que leur arrivée soit musclée. Pour les deux rameurs, une nouvelle déconvenue météorologique pourrait être lourde de conséquences et entraîner une récupération au large des îles du Salut. Les prochaines 24 heures seront déterminantes, la tension est à son comble de part et d’autre du rivage guyanais.

Au nord de la zone, Gérard Marie a entamé la descente dans le courant sud-équatorial et espère que la traversée de cette zone à haut risque lui sera plus clémente que pour ceux qui y sont passés avant lui. Au sud, Mathieu Martin et Patrice Maciel filent vers l’Ouest à allure régulière et tentent de capter à leur tour le flux qui a porté si généreusement Didier ces dernier jours.

16 réflexions au sujet de « J72 – Une sage décision »

  1. Bonjour Rémy,
    Tu es près du but, ton exploit est merveilleux, tiens encore un peu les rames et bientôt tu seras sur la terre où tout le monde attend de te serrer dans leurs bras.
    Tu as une bonne étoile qui te protège, fais lui confiance.
    Nous t’envoyons des millions de bisous.
    BONNE ANNEE 2015.
    Claudine et Alain

  2. Allez Rémy, On est tous à pousser ton bateau!! Tu vas toucher la terre promise! Un dernier gros effort et ça sera fini!!
    Courage. On t »embrasse.
    Marc et Magali

  3. Remy tu as toute notre admiration pour tous ce que tu es entrain d’accomplir. Mais malheureusement on ne peut pas ramer à ta place. A très bientôt l’écurie n’est pas loin.

  4. Remy tu as toute notre admiration pour tous ce que tu es entrain d’accomplir. Mais malheureusement on ne peut pas ramer à ta place. A très bientôt l’écurie n’est pas loin.
    Thomas et Valérie

  5. Bravo Rémy: malgré la fatigue, tu arrives à ne plus monter vers le Nord.
    Nous espérons que les vents te sont plus favorables, et sommes sûrs que tu auras encore assez d’énergie pour passer la ligne cette année, et enfin retrouver les tiens. Depuis plus d’une semaine, c’est maintenant plus de 5 fois par jour que nous suivons ta progression, et comme tous tes nombreux supporters nous pensons beaucoup à toi. Courage Rémy, tu y es presque.
    Toute notre amitié et notre admiration.

  6. Bravo, bravo, bravo, quel exploit et quel courage face à ces conditions épouvantables qui ont accumulé les embûches dès le départ. Tu rêves d’un bon bain chaud et de mettre les pieds sous la table ? c’est pour très bientôt et ce sera si bon ! De voir ton petit bateau si près de la côte rassure même si tu as encore pas mal d’efforts à fournir avant de la toucher. Je pense que tu ne t’attendais pas à tout ça et c’est d’autant plus merveilleux d’arriver au bout d’une épreuve qui ne t’a pas laissé beaucoup de répit. Alors je te souhaite une belle arrivée et plein de belles choses pour 2015 qui commencera dans l’euphorie du pari tenu et de l’exploit réalisé. A+, Chantal

  7. Allez Remy encore quelques coups de rame ! Courage tu y es presque , tu ne laches rien ! On penses bien a toi , ALLEZ REMY ALLEZ REMY
    Geneviève et Marc Arnaud

  8. Allez Rémy, tu vas bientôt le mettre ton costume de crocodile 😉
    et tu pourras enfin chanter la chanson : 1 crocodile disait au revoir à ses petits enfants, …

  9. Rémy,
    Tu as été COURAGEUX pour te lancer dans cette aventure,
    Tu es devenu un GRAND GRAND GRAND BONHOMME,
    Mais là c’est GIGANTESQUE ce final que tu nous fais,
    A tout de suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *